Retour à l'agenda complet

Paris 2016 – 25è journées d’études

29 et 30 septembre 2016

Thème : 25 ANS DE REFLEXION- Le Placement Familial, une Science inexacte !

Dates : Les 29 et 30 septembre 2016

Localisation :
La Cité des Sciences
30, avenue Corentin-Cariou
75019 Paris

Coût (repas inclus) : 300€ pour les personnes adhérentes – 340€ pour les personnes non-adhérentes

—-

Les inscriptions aux Journées d’Etudes sont terminées. Toutefois, vous pouvez vous adresser directement auprès du secrétariat (01 42 80 21 21) jusqu’au jeudi 22 dernier délais pour procéder à votre inscription. Pour les Départements, seules les inscriptions validées par le service seront prises en compte. Merci de vous assurer d’avoir la lettre de commande.

Nous vous remercions pour votre compréhension et serons ravis de vous accueillir lors de nos Journées Nationales d’Etudes.

—-

A l’occasion de ses 25 ans, les journées nationales d’étude de l’ANPF proposent d’appréhender les effets induits par les évolutions du placement familial dans le quotidien de l’enfant accueilli. En effet, les professionnels du placement familial rendent régulièrement compte de la complexité et du changement subi de leurs pratiques au quotidien.

Mais à quoi nous renvoie cette complexité ? Revenir à l’origine du sens le plus proche du terme nous rappelle que complexus est ce qui est tissé ensemble. Inscrire nos réflexions dans une pensée qui relie les objets de connaissance, qui les restitue dans leur contexte et si possible dans la globalité dont ils font partie constitue une gageure dans la compréhension de ces évolutions : évolution de la famille, évolution des métiers et des places, évolution de nos organisation….

De l’éclatement du modèle familial unique…
La famille dans notre société contemporaine, a connu et connaît encore de profonds changements, passant d’une référence fixe, le sacro-saint couple parental, à une référence plurielle, variable dans le temps. Ces évolutions construisent aujourd’hui de nouveaux modèles de parenté et ne sont pas sans influencer une pratique de placement familial qui évolue, elle aussi, en fonction de ces représentations sociétales.
Malgré une volonté – ou/et un fantasme – de préserver cette référence fixe dans un contexte de placement – avec UNE famille d’accueil – nous voilà contraints de suivre cette évolution sociétale non sans effet dans la clinique au quotidien. Comprendre comment la société se réorganise pour y faire face, penser le réseau relationnel que crée l’enfant autour de lui comme autant de possibilités d’étayage dans sa construction nous permettent, à notre tour, de rep(a)enser les modalités de l’accueil familial.
Notre enjeu est donc d’envisager, sans dogmatisme, la protection et l’éducation de l’enfant au regard de ces nouvelles parentés partagées et d’en appréhender les potentialités, les limites et les risques.

A la recherche de nos places…
Toutefois, cette mutation des organisations familiales associée à une reconnaissance plus marquée des droits des parents complexifient les places des différents professionnels, eux-mêmes en prise avec les évolutions du secteur et de leurs métiers. La sociologie des organisations peut nous proposer une lecture de ces jeux d’acteurs dans ce contexte.
En effet, le nouveau statut des assistants familiaux a modifié les lignes, a bouleversé « l’ordre établi ».
Les jeux d’acteurs, dans ce contexte, sont à visiter afin de prendre conscience des contraintes de l’autre et des impacts sur l’enfant. Il s’agira d’étudier les relations et les interactions entre les différentes catégories professionnelles travaillant dans ces services, leur mode de coopération, la place qu’y tient l’enfant et ses parents et leur répercussion sur la qualité du service. Mais pas que…

Vers une diversité des organisations…
Notre champ d’exercice professionnel voit ainsi apparaitre de nouveaux dispositifs d’accueil, modifiant les représentations « historiques » du placement familial : accueils séquentiels, accueils d’urgence, accueils mère-enfant ; pour ne citer que quelques façons différentes de penser l’accueil de l’enfant placé, ainsi que la place de ses parents dans cet accueil. Face à cette diversité de l’accueil familial nos fondamentaux se trouvent bousculés…

Ces journées proposeront dans leur organisation une articulation étroite entre la pensée et le pragmatisme de l’action, de la pratique à la théorie… Une pensée complexe comme par Edgar Morin Dans une alternance entre interventions magistrales anthropologiques, sociologiques, psychanalytiques, et retour d’expériences de terrain portées par les acteurs eux-mêmes (professionnels et usagers), nous tenterons de revisiter nos fondamentaux du placement familial au prisme des évolutions sociétales, confirmant ainsi la place de l’ANPF en tant qu’observateur privilégié et acteur reconnu dans le champ de la protection de l’enfance.
« Observer, écouter, comprendre…construire, évaluer et …recommencer ! »